Enfant et mouvements

enfantmouvement

Le cervelet joue un rôle essentiel dans le maintien de la posture et la régulation du fonctionnement des organes. Stimulé par le mouvement, il participe également au développement mental et social de l’enfant.

Par Moutassem HAMMOUR, D.C.

 

 

Le cervelet constitue la partie inférieure du cerveau. S’il ne représente que 10% du poids du cerveau, il contient cependant plus de la moitié des neurones. Ses liens anatomiques avec le néo-cortex lui confèrent également un rôle au niveau de la cognition et de la régulation des émotions. C’est le mouvement – et cela commence dans le ventre de la mère – qui permet de développer les neurones du cervelet de votre enfant.

Dans son livre, le Cerveau : la dernière frontière (Warner Books), l’auteur R. Restak note que le fait de porter un enfant ou la proximité physique semblent être les principaux facteurs responsables du développement mental et social de l’enfant. Tout type de mouvement, même passif, comme être bercé, entraîne des stimulations dirigées vers le cervelet. Ce dernier, au-delà de ses fonctions de maintien de la posture et de régularisation du fonctionnement des viscères, semble aussi jouer un rôle important au niveau des émotions. En effet, une immobilisation passagère, comme celle observée chez les enfants souffrant d’une fracture, amène ces derniers à être émotionnellement affectés et plus irritables. De plus, le mouvement de balancier que l’on observe chez les singes isolés, et chez certains enfants dans les instituts psychiatriques, semble résulter d’un manque de contact physique et de mouvement. Le mouvement et le toucher restent essentiels pour renforcer le cervelet.

 

Encouragez votre enfant à bouger !

Une partie importante de la stimulation du cervelet provient des récepteurs qui réagissent au mouvement et qui se trouvent dans les articulations, plus particulièrement dans celles des vertèbres. Un manque de mouvement dû à un blocage articulaire va entraîner une diminution de cette stimulation.

Les vertèbres d’un enfant peuvent se « bloquer », suite à une chute, une période de stress, ou même lors de l’accouchement qui peut être traumatisant. Si votre enfant est particulièrement irritable, qu’il n’arrive pas à rester en place, qu’il ne semble pas être dans une position confortable lorsqu’il est assis ou allongé, cela peut indiquer la présence des zones de tensions dans sa colonne vertébrale. S’il est en âge de se tenir debout, il suffit d’observer la posture de son dos. A-t-il une épaule qui vous paraît plus haute ? Glisser vos deux index le long de son dos, à gauche et à droite de sa colonne vertébrale. Existe-t-il des points sensibles ou douloureux ? Si c’est le cas, il est recommandé de faire évaluer la santé de sa colonne vertébrale.

Il suffit d’observer les enfant. Ils aiment être portés, bercés, jetés dans les airs… Alors n’hésitez pas ! Bercez-le, cajolez-le, faites-lui des massages… Cela lui permettra de se développer à son meilleur potentiel. Encouragez-le à participer à des jeux qui nécessite de bouger, plutôt que des jeux statiques, comme les jeux vidéo. Vous l’aiderez ainsi à maintenir un corps libre de tensions et équilibré.